Glossaire

Approvisionnement en bois - Incendies de forêt - Insectes forestiers - Produits forestiers - Sylviculture - Revenus - Utilisation de produits antiparasitaires

Approvisionnement en bois

Accroissement moyen annuel : à un àge donné, la croissance annuelle moyenne nette d'un peuplement jusqu'à ce moment.

Analyse de l'approvisionnement en bois : évaluation des approvisionnements en bois futurs sur un long horizon de planification (plus de 200 ans), réalisée à l'aide de modèles d'approvisionnement en bois correspondant aux différents scénarios cernés lors du processus de planification.

Approvisionnement en bois : les possibilités de récolte de bois liées à une condition forestière précise, à une stratégie d'aménagement (ou de gestion) et à une politique sur le débit du bois.

Approvisionnement en bois annuel : le volume de bois projeté qui peut être récolté chaque année, compte tenu des hypothèses sur la croissance de la forêt et sur son décroissement, dans le contexte de l'aménagement forestier durable. Actuellement, ce chiffre peut être égal aux PAC des terres de la Couronne provinciale; les projections d'approvisionnements annuels à moyen et à long terme ne sont pas des engagements à l'égard de PAC futures.

Autres terres boisées : Terres avec soit 1) un couvert d'arbres qui fait entre 5 et 10 % de la superficie totale, arbres dont la hauteur à maturité peut mesurer plus de 5 mètres, soit 2) un mélange d'arbustes, d'arbres et de boisés qui couvre plus de 10 % de la superficie. Ces terres comprennent les milieux humides arborés et les terres sur lesquelles poussent des arbres à faible croissance et des arbres épars. Sont exclues les terres à usage à prédominance agricole ou urbaine

Autres terres dotées de couvert arboré : Terres avec un couvert arboré supérieur à 10 % de la superficie totale formé d’arbres capables d’atteindre 5 mètres à maturité. Comprend les groupes d’arbres se trouvant dans les paysages agricoles, les parcs, les jardins et autour des bâtiments. Comprend aussi les plantations forestières établies principalement à des fins autres que la production de bois, p. ex. les vergers.

Contrôle fondé sur la superficie : réglementation de la récolte en fonction de la superficie récoltée.

Contrôle par volume : réglementation de la récolte en fonction du volume de bois récolté.

Durabilité : la qualité d'un état ou d'un processus qui peut être maintenu indéfiniment. Les principes de la durabilité combinent trois éléments interconnectés – l'environnement, l'économie et le système social – en un système qui peut être tenu en bonne santé indéfiniment.

Horizon de planification : la période d'années sur laquelle les activités d'aménagement forestier et leurs répercussions sur les valeurs forestières sont projetées.

Matériel sur pied : les stocks de bois debout à un moment donné.

Méthode de prévision : approche adoptée pour prédire les valeurs futures des peuplements et/ou des forêts.

Modèle d'approvisionnement en bois : modèle analytique qui simule la récolte et la croissance de groupes de euplements forestiers sur plusieurs décennies, d'après des données précises et des hypothèses d'aménagement.

Optimisation : une méthode de prévision dans laquelle une description des conditions actuelles – contraintes, règles de changement et objectifs – permet de cerner les stratégies qui produiront des objectifs idéalement équilibrés.

Politique sur le débit de bois : les règles qui régissent le séquencement des coupes futures.

Possibilité annuelle de coupe (PAC) : le volume ou la superficie qui peut faire l'objet de récoltes annuelles en vertu de la réglementation.

Rendement soutenu à long terme : estimation du volume maximal et non déclinant qui pourrait être obtenu si tous les peuplements étaient récoltés à l'àge où l'accroissement moyen annuel est à son maximum.

Révolution : le nombre d'années prévues entre l'établissement d'un peuplement et sa coupe finale à un stade de maturité déterminé.

Simulation : une méthode de prévision dans laquelle une description des conditions actuelles – contraintes, tactiques et règles de changement – permet de prédire le résultat des stratégies sur les valeurs futures.

Superficie nette en régénération : la partie du territoire net où se trouvent des peuplements qui ne constitue pas encore une récolte marchande.

Superficie nette des peuplements jeunes : la partie du territoire net sur laquelle des peuplements constituant une récolte marchande n'ont pas encore atteint le terme de leur révolution.

Superficie nette des peuplements matures : la partie du territoire net sur laquelle des peuplements marchands ont atteint ou dépassé le terme de la révolution.

Tenure : entente socialement définie concernant des particuliers ou des groupes, reconnue par la loi ou la coutume, et comprenant un ensemble de droits et de responsabilités entourant la propriété et/ou l'utilisation d'une section de territoire
ou des ressources qui s'y trouvent (arbres particuliers, espèces de plantes, eaux, minéraux, etc.), ainsi que l'accès à ce territoire ou à ces ressources.

Tenure fondée sur la superficie : Permis d'exploitation visant un territoire aménagé défini en termes de superficie.

Tenure fondée sur le volume : Permis d'exploitation visant la récolte d'un volume de bois spécifique.

Terres de la Couronne : terres dont la Couronne est propriétaire; « terres de la Couronne fédérale » quand elles appartiennent au Canada et « terres de la Couronne provinciale » quand elles appartiennent à une province (terres du domaine public au Québec).

Terrain forestier : Terrain avec un couvert arboré supérieur à 10 % de la superficie totale formé d’arbres capables d’atteindre 5 mètres à maturité. Sont exclus les terrains à prédominance urbaine et ceux utilisés à des fins d’agriculture.

Terres de la Couronne productives : terres appartenant à une province et qui sont capables de produire un peuplement marchand dans une période de temps déterminée.

Territoire net : la zone forestière disponible pour la récolte.

Territoire productif : la partie du territoire forestier qui porte des peuplements.

Territoire total : l'ensemble des superficies où des objectifs d'aménagement sont appliqués et évalués.

Unité de gestion : Superficie constituant l'unité de base aux fins de planification et d'aménagement (« région de gestion forestière » au Manitoba).

Haut

Incendies forestiers

Note : Les chiffres entre parenthèses renvoient à la source de la définition; toutefois, ces définitions peuvent être paraphrasées, mises à jour ou révisées pour des raisons de style, et ne sont pas nécessairement citées directement.

CATÉGORIE D’ORIGINE

Raisons variées expliquant les incendies de forêt.

Activités humaines

  • Récréation Incendies causés par des personnes qui s'adonnent à des activités récréatives, ou par l’équipement associé à ces activités.
  • Résidants Incendies attribuables à l'activité des habitants de régions entièrement ou partiellement boisées, et de régions agricoles.
  • Exploitations forestières Incendies causées par des employés ou des machines de l'industrie forestière.
  • Chemins de fer Incendies causés par tout employé, machine, entrepreneur ou voyageur des chemins de fer.
  • Exploitations industrielles Incendies causé par une industrie autre que l'exploitation forestière ou les chemins de fer.
  • Incendiaires Incendies allumés intentionnellement par méchanceté, par rancune ou pour le profit.
  • Divers Incendies dont la cause est connue mais ne correspond à aucune autre catégorie.

Autres

  • Foudre Incendies causés directement ou indirectement par la foudre.
  • Cause inconnue Incendies dont la cause n’a pu être déterminée.

NIVEAU DE PROTECTION

  • Zone de protection intensive Comprend les terrains forestiers de grande valeur et les secteurs qui présentent un risque pour la vie humaine. (2)
  • Zone de protection restreinte Comprend les terrains forestiers éloignés et d’autres superficies de faible valeur où la protection incendies intensive n’est pas justifiée sur le plan économique. (2)

CLASSE DE MATURITÉ

Groupement d'arbres ou de peuplements en fonction de leur stade de développement depuis l'établissement jusqu'à la récolte. Une classe de maturité peut englober une ou plusieurs classes d'âge. (3)

Régénération et jeune

  • Régénération Se dit d'un peuplement forestier renouvelé, par voie naturelle ou artificielle. Correspond aussi au jeune peuplement ainsi obtenu. En règle générale, la hauteur du nouveau peuplement est inférieure à 1,30 m. (3) Dans ce contexte, le terme régénéré réfère au peuplement et non à l'action de régénérer.
  • Jeune (en voie de régénération) En aménagement équienne, arbre ou peuplement qui a dépassé le stade de régénération mais qui n'a pas atteint l'âge d'exploitabilité. (3)

Forêt marchande

Arbres ou peuplements qui ont atteint une dimension, une qualité ou un volume suffisants pour être utilisés. Cela ne tient pas compte de l'accessibilité, des facteurs économiques et autres. (3) Se subdivise en forêt mûre, surannée et inéquienne.

  • Mûre En aménagement d'arbres ou de peuplements équiennes, se dit des sujets ayant atteint ou presque l'âge de révolution (comprend les arbres et peuplements surannés en l'absence d'une classe d'arbres surannés). (3)
  • Surannée En aménagement équienne, arbres ou peuplements qui ont dépassé l'âge mûr, où le taux de croissance diminue et les arbres s'affaiblissent et meurent. (3)
  • Inéquienne Se dit d'une forêt, d'un peuplement ou d'un type de couvert composé d'arbres d'âges très différents. Les différences doivent être d'au moins 10 à 20 ans. (3)
  • Équienne Se dit d'une forêt ou d'un peuplement formé d'arbres dont les différences d'âge sont faibles. On peut admettre des différences d'âge variant de 10 à 20 ans; les différences peuvent être plus grandes, jusqu'à 25 % de l'âge d'exploitabilité, si le peuplement n'est pas exploité avant l'âge de 100 à 200 ans. Peut comprendre des forêts en régénération, jeunes, mûres et surannées. (3)

MOIS

Les statistiques sur les incendies de forêt couvrent une année de calendrier et non une année fiscale. Pour le nombre d'incendies, le mois correspond à la date du début des incendies de forêt, à moins d'indication contraire. Pour la superficie incendiée, le mois correspond à la date d'extinction des incendies de forêt. La catégorie « Mois inconnu » a été ajoutée afin que les incendies pour lesquels le mois n'a pas été identifié soient inclus dans le total.

CLASSE DE SUPERFICIE À L'EXTINCTION

La répartition élargie permet de mettre en évidence les données sur les incendies les plus importants.

CLASSE DE PRODUCTIVITÉ

  • Terrains forestiers Terrains portant une forêt en croissance. Comprend des terrains qui ne sont pas actuellement boisés, comme les terrains ayant subi une coupe à blanc; les terres forestières du Nord non exploitées commercialement pour leur bois; et les plantations.
  • Terres forestières productives Terres forestières qui peuvent produire un peuplement marchand dans un laps de temps raisonnable. (1)
  • Terres forestières non productives Terres forestières qui sont incapables de produire un volume marchand de matière ligneuse dans un laps de temps raisonnable. (1)
  • Autres superficies Comprend toutes les terres forestières qui n'ont pas été comptabilisées dans les autres classes. Il peut s’agir de petites étendues d'eau et d'autres couverts (tourbières, roc, terrains dénudés, marais, prairies, etc.) qui sont trop petits pour être cartographiés.

NIVEAU D'INTERVENTION

  • Normale Intervention visant à maîtriser un incendie le plus vite possible compte tenu de la disponibilité des ressources et de la valeur en jeu.
  • Modulée Intervention de moindre envergure visant à maîtriser un incendie plus graduellement et à seulement protéger des valeurs isolées menacées par l'incendie ou intervention visant à surveiller seulement l'évolution de l'incendie jusqu'à ce qu'il s'éteigne naturellement.
  • Aucune Aucune intervention visant l’incendie.

CLASSE DE DENSITÉ RELATIVE

(Sur les terres productives) Mesure qualitative de la suffisance d'un couvert forestier sur une surface donnée du point de vue de la fermeture du couvert, du nombre d'arbres, de la surface terrière ou du volume, par rapport à une norme préétablie. (1)

  • Boisées Terrain supportant des arbres en croissance. Dans ce contexte, le couvert forestier comprend les semis et les gaules. (1)
  • Non boisées (terrain improductif) S'applique à un terrain pouvant être productif, mais où la croissance des arbres est généralement insuffisante. (1)

Haut

Insectes forestiers

Principaux insectes

Arpenteuse de la pruche (Lambdina fiscellaria fiscellaria) Insecte défoliateur originaire de l’Amérique du Nord qu’on retrouve de la côte atlantique à l’Alberta. Ses hôtes préférés sont le sapin baumier (Abies balsamea) et la pruche. Les infestations de cet insecte sont généralement subites et peuvent tuer les arbres en un ou deux ans, surtout à Terre-Neuve où les attaques sont sérieuses et fréquentes.

Dendroctone du pin ponderosa (Dendroctonus ponderosae) Insecte indigène et ravageur important des pins matures de l’Ouest canadien. Les grandes infestations se produisent dans toutes les forêts comprenant une composante de pin significative. Les attaques durent de 8 à 10 ans et provoquent un décroissement marqué des pinèdes.

Livrée des forêts (Malacosoma disstria) Insecte originaire de l’Amérique du Nord qui s’attaque aux feuillus. Il est très répandu d’un océan à l’autre et dévore le feuillage du peuplier faux-tremble (Populus tremuloides). Lors d’une infestation, il s’attaque également à d’autres feuillus.

Spongieuse (Lymantria dispar) Insecte défoliateur introduit en Amérique du Nord en 1869. Cet insecte exotique est un grave défoliateur des feuillus et son aire de répartition comprend maintenant les Maritimes, le Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique.

Tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana) Insecte originaire de l’Amérique du Nord considéré comme le ravageur le plus nuisible des peuplements de sapin (Abies sp.) et d’épinette (Picea sp.). Cet insecte se retrouve dans toute l’aire naturelle du sapin, et on le remarque sur 25 espèces d’arbres différentes, notamment des sapins, des épinettes, des pins, des pruches, des mélèzes et une espèce de genévrier.

Tordeuse du pin gris (Choristoneura pinus pinus) Insecte originaire de l’Amérique du Nord proche parent de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Cet insecte est un défoliateur solitaire dont l’aire coïncide presque parfaitement avec celle de son hôte préféré, le pin gris. Au Canada, on le retrouve du Nouveau-Brunswick à la Colombie-Britannique. D’importantes infestations ont été signalées en Ontario, au Manitoba et en Saskatchewan.

Haut

Produits forestiers

BOIS ROND

Le bois rond correspond à des sections de troncs d'arbre, avec ou sans écorce. La sous-catégorie « bois rond industriel » comprend les billes et les billots, le bois à pâte, les poteaux, les pilotis et d'autres produits de bois encore « ronds ». Le bois de chauffage et le bois de foyer sont aussi inclus. (1)

Bois rond industriel Comprend les billes, les billots, le bois à pâte et les autres bois ronds industriels.

  • Billes Tronc d'un arbre après la coupe; c'est le matériau brut utilisé pour produire du bois d'oeuvre, du contreplaqué et d'autres produits.
  • Billots Matériau brut utilisé pour produire des bardeaux et des bardeaux de fente; il s’agit de petites billes destinées au sciage (bois d'oeuvre) ou au déroulage (placage). (1)
  • Bois à pâte Bois utilisé pour produire de la pâte destinée aux usines de papier. Il s’agit généralement de billes dont la qualité, la taille ou l’essence ne convient pas à la fabrication de bois d'oeuvre ou de contreplaqué. (1)
  • Autres bois ronds industriels Comprend les poteaux, les pilotis et d'autres bois encore « ronds ».

Bois de chauffage Bois, incluant les billes de rebut, les branches, etc., utilisé comme combustible dans des chaudières ou des fournaises pour combler les besoins énergétiques d'industries ou d'institutions. (1)

Bois de foyer Bois utilisé pour fournir de l'énergie aux ménages ou pour des fins récréatives. (1)

GROUPE D'ESPÈCES

Résineux Groupe d'arbres produisant des cônes et le plus souvent de la résine et dont les feuilles sont des aiguilles ou des organes squamiformes et qui appartiennent au groupe des Pinophytes. Aussi, se dit d'un peuplement constitué de tels arbres, ainsi que du bois produit par ces arbres.

Feuillus Arbres appartenant au groupe botanique des Magnoliophytes avec des feuilles larges qui tombent généralement chaque année. Aussi, se dit d'un peuplement constitué de tels arbres, ainsi que du bois produit par ces arbres.

TENURE

Le droit de jouissance, tout particulièrement la forme et le terme d'une propriété foncière où l'aménagement forestier incombe au propriétaire de la forêt. (2)

Terres provinciales

  • Tenure à long terme Concerne les territoires publics détenus à long terme, en vertu de dispositions comme les ententes de gestion forestière (Forest Management Agreement), les licences de propriété forestière de production (Tree Farm Licence), les contrats d’approvisionnement et d’aménagement forestier (CAAF) ou l’équivalent.
  • Autres tenures Concerne une variété de types de tenure ou d’allocation de volume de bois sur des terres publiques, notamment les tenures non réglementées de la Colombie-Britannique (licence de coupe et timber berth).
  • Terres territoriales Concerne les terres qui relèvent de la compétence d'un territoire ou du ministère des Affaires indiennes et du Nord.

Terres privées

  • Industrielles Terres appartenant à une grande société commerciale qui les exploite sur le plan forestier. (3)
  • Non industrielles Terres appartenant à des sociétés ou des particuliers qui peuvent ou non les exploiter commercialement. (3) Les propriétaires sont les églises, les municipalités, les communes, les compagnies, les sociétés en commandite, les organisations et les associations.
    Municipales Terres appartenant à une municipalité ou à un autre organisme gouvernemental. (3)

Terres fédérales

  • Terres autochtones Terres situées dans une réserve ou une collectivité autochtone. (3)
  • Parcs nationaux Terres publiques administrées par le gouvernement fédéral (Parcs Canada) à perpétuité, pour les loisirs, la vie sauvage, le patrimoine, etc.
  • Autres terres fédérales Autres terres publiques qui relèvent de la compétence fédérale. Comprend les terres détenues par le ministère de la Défense nationale, Ressources naturelles Canada (Service canadien des forêts), Transports Canada, la Commission de la capitale nationale et d'autres sociétés de la Couronne. (3)

Haut

Sylviculture

Note : Les chiffres entre parenthèses renvoient à la source de la définition; toutefois, ces définitions peuvent être paraphrasées, mises à jour ou révisées pour des raisons de style, et ne sont pas nécessairement citées directement.

ENSEMENCEMENT DIRECT Mode d'ensemencement artificiel des graines consistant à les répandre, à la main ou par des moyens mécaniques, directement sur le terrain à reboiser. (5)

MÉTHODE DE RÉCOLTE

Coupe à blanc (aménagement équienne ) Mode de régénération qui donne un peuplement équienne, où les nouveaux semis s'implantent dans des micro-environnements complètement exposés après la coupe de tous les arbres ou de presque tous (5). La régénération pourra être d'origine naturelle ou artificielle. La coupe peut se faire par blocs, par bandes ou par bouquets. Cette méthode se distingue de la coupe progressive ou de la coupe avec réserve de semenciers en ce que les arbres sont épargnés en raison de contraintes d'exploitation ou de normes d'utilisation plutôt que pour assurer la régénération.

  • Coupe en une étape et coupe en deux étapes
    • En une étape : Le peuplement est récolté dans le bloc, la bande ou le bouquet en un seul traitement sylvicole. Selon les objectifs opérationnels, la récolte de ce volume peut cependant s'étendre sur plusieurs saisons de coupe.
    • En deux étapes : Deux récoltes sont prescrites pour la récolte du couvert forestier. Le moment de la première intervention est normalement déterminé par la nécessité de récupérer des arbres vulnérables aux dégâts d'insectes et d'agents pathogènes ou par le besoin de récolter l'une des strates d'un peuplement qui en compte plusieurs. Dans un deuxième temps, on coupe le reste et on favorise ainsi la régénération. L'intervalle entre deux récoltes est ordinairement de plusieurs saisons de coupe.
  • Coupes progressives Récolte des arbres à maturité en une série de coupes qui s'étendent sur une partie relativement courte de la révolution et par laquelle on favorise l'implantation d'une régénération relativement équienne partiellement abritée par les semenciers.
  • Coupe avec réserve de semenciers Mode de régénération par coupe à blanc comportant l'enlèvement du peuplement exploitable en une seule coupe, à l'exception d'un petit nombre de semenciers laissés seuls ou en petits groupes. L'objet est de créer un peuplement équienne. (5)

Coupe de jardinage (aménagement inéquienne ) Mode de régénération du peuplement et de maintien d'une structure inéquienne, par extraction d'arbres de toutes les classes d'âge, choisis individuellement, en petits groupes ou en bandes.

Éclaircie Coupe pratiquée dans un peuplement forestier non arrivé à maturité, destinée à favoriser les arbres d'avenir, à accélérer leur accroissement en diamètre, et aussi, par une sélection judicieuse, à améliorer la moyenne de leur forme. (5)

  • Éclaircie commerciale Une éclaircie où les arbres récoltés sont aptes à une transformation industrielle. (5)

PROPRIÉTÉ/TENURE Le droit de jouissance, tout particulièrement la forme et le terme d'une propriété foncière où l'aménagement forestier incombe au propriétaire de la forêt. (5) Les lois définissent un certain nombre de tenures forestières où sont précisés les droits de coupe et autres droits de jouissance sur les terres de la Couronne.

Terres provinciales

  • Tenure à long terme Concerne les territoires publics détenus à long terme, en vertu de dispositions comme les ententes de gestion forestière (Forest Management Agreement), les licences de propriété forestière de production (Tree Farm Licence), les contrats d'approvisionnement et d'aménagement forestier (CAAF) ou l'équivalent.
  • Autres tenures Concerne une variété de types de tenure ou d'allocation de volume de bois sur des terres publiques, notamment les tenures non réglementées de la Colombie-Britannique (licence de coupe et timber berth).

Terres territoriales Concerne les terres qui relèvent de la compétence d'un territoire ou du ministère des Affaires indiennes et du Nord. (6)

Terres privées

  • Industrielles Terres appartenant à une grande société commerciale qui les exploite sur le plan forestier. (6)
  • Non industrielles Terres appartenant à des sociétés ou des particuliers qui peuvent ou non les exploiter commercialement sur le plan forestier. (6)

Terres fédérales

  • Terres autochtones Terres situées dans une réserve ou une collectivité autochtone. (5)
  • Parcs nationaux Terres publiques administrées par le gouvernement fédéral (Parcs Canada) à perpétuité, pour les loisirs, la vie sauvage, le patrimoine, etc.
  • Autres terres fédérales Autres terres publiques qui relèvent de la compétence fédérale. Comprend les terres détenues par le ministère de la Défense nationale, Ressources naturelles Canada (Service canadien des forêts), Transports Canada, la Commission de la capitale nationale et d'autres sociétés de la Couronne. (6)

PLANTATION Action de créer une forêt par mise en terre de semis, de plants repiqués ou de boutures. (5)

SCARIFIAGE Action d'ameublir plus ou moins énergiquement les couches superficielles du sol forestier pour favoriser la germination de l'ensemencement naturel provenant des arbres sur pied ou des rémanents, ou encore le taillis par rejet de souche ou drageonnement. (5)

SCARIFICATION Traitement chimique appliqué aux semences pour améliorer la germination. (5)

SEMIS Jeune plant issu de semence n'ayant pas atteint le stade de gaulis, d'un diamètre à hauteur de poitrine de moins de 1 cm et d'une taille inférieure à 1,50 m. (5)

SUPERFICIE DES AIRES RÉCOLTÉES Les profils provinciaux/territoriaux présentent de l'information sur la législation et les politiques qui régissent la superficie des aires de récolte ainsi que sur les méthodes d'exploitation courantes et la superficie moyenne des parterres de coupe (lorsque cette information est disponible et pertinente).

PRÉPARATION DE TERRAIN (Définition récemment modifiée pour la distinguer du scarifiage)

(1975-1989) : Traitement mécanique, par incendie, chimique ou manuel, qui modifie le site pour créer des conditions propices à la régénération naturelle ou artificielle.

(Depuis 1990) : ... pour créer des conditions propices à la plantation ou à l'ensemencement direct.

Brûlage dirigé Brûlage intentionnel confiné à une étendue prédéterminée à des fins spécifiques d'aménagement forestier ou à d'autres fins d'occupation du terrain. (7)

Traitement mécanique Comprend le déchiquetage-épandage, le débroussaillement, le déblaiement, le labourage et le hersage, ainsi que le scarifiage en sillons.

  • Déchiquetage-épandage : Action de hacher les rémanents après l'abattage puis de les disperser plus ou moins également sur le sol sans les brûler. (5)
  • Écrasement : Compactage des rémanents et des broussailles par des engins. (5)
  • Déblaiement (andain) : Empilement en rangs des rémanents, brousailles, etc. pour dégager la zone située entre deux andains appelée entrandain. (5)
  • Labourage : Opération qui consiste à ameublir les sols compacts et (ou) à déraciner les plantes indésirables au moyen d'une charrue à versoir simple ou double, ou d'accessoires semblables tirés par un bouteur ou un autre engin tracteur. (5)
  • Hersage : Technique de scarifiage au moyen de disques afin de réduire en petits morceaux les petits rémanents et la végétation, et de les incorporer dans le sol. (5)
  • Scarifiage en sillons : Technique de préparation de terrain consistant à créer des sillons plus ou moins continus et dispersant les débris, la litière et la végétation basse sur un côté au moyen d'un outil de façonnage tiré ou actionné hydrauliquement par un engin.

Traitement chimique L'application de produits chimiques servant à tuer les herbes non graminéennes, les herbages, les plants ligneux et leurs semences, ou à en réduire la croissance.

Autre préparation de terrain Comprend le traitement manuel, les méthodes mixtes, le labourage-hersage, travaux préalables et autres préparations.

Soins culturaux Généralement, toutes les opérations effectuées au bénéfice d'un peuplement (ou d'un de ses éléments) à tout stade de sa vie, mais non les coupes de régénération, ni les travaux de préparation de terrain. Cela comprend par contre les opérations concernant le peuplement lui-même (par exemple l'éclaircie et la coupe d'amélioration) ainsi que la végétation concurrente. (5)

Dégagemen t Action de dégager, c'est-à-dire de libérer un arbre, ou un groupe d'arbres, de la concurrence végétale la plus voisine en éliminant la végétation qui les entoure de trop près ou les domine. (5)

  • Traitement mécanique : concerne l'utilisation d'engins automoteurs.
  • Traitement chimique
  • Traitement manuel : comprend l'emploi d'outils à main, mécaniques ou non.

Éclaircie Coupe pratiquée dans un peuplement forestier non arrivé à maturité, destinée à favoriser les arbres d'avenir, à accélérer leur accroissement en diamètre, et aussi, par une sélection judicieuse, à améliorer la moyenne de leur forme. (5)

  • Éclaircie précommerciale Éclaircie qui ne donne pas de bois de valeur marchande et qui vise ordinairement à régulariser la distance entre les arbres d'avenir.
  • Fertilisation Ensemble des techniques servant à amender le sol dans le but d'en augmenter la fertilité, notamment au moyen d'engrais chimiques ou organiques. (5)
  • Élagage Suppression des branches vivantes ou mortes des arbres sur pied.
  • Drainage Processus de diminution de l'humidité d'un sol par l'écoulement naturel de son eau de surface et d'infiltration, facilité par des travaux divers C fossés, drains, etc. (5)

Haut

Revenus

ÉTAT DES REVENUS (provenant de la vente de bois sur les terres provinciales de la Couronne)

Revenus provenant de la vente de bois de la couronne déclarés par chaque province et territoire selon les circonstances de chaque juridiction.

Droits de coupe Paiements versés à la Couronne pour le bois récolté, habituellement basé sur un taux par mètre cube de bois récolté.

Frais de location Frais annuel en Colombie-Britannique déterminé selon un taux par volume de la possibilité annuelle de coupe.

Droits de location ou de jouissance Redevance annuelle versée à la Couronne pour la location d'un territoire forestier, généralement basé selon un taux par unité de superficie. Inclut généralement les redevances versées à l'État sous forme de droits d'exploitation du bois provenant des terres publiques (royautés) habituellement basées sur un tarif par unité de superficie forestière.

Droits de reboisement Paiement déposé dans un fonds en fidéicommis, basé sur un taux par mètre cube de bois récolté. Ce fonds sert à couvrir les coûts des traitements sylvicoles effectués sur les terres de la Couronne.

Coût de protection du territoire Frais perçus par la Couronne (ou ses organismes) pour assurer la protection des forêts contre les incendies, les insectes et les maladies.

Permis et frais de tenure Frais perçus des opérateurs d'exploitations forestières pour l'obtention d'un permis. Inclut également les revenus des permis d'usine et des permis d'exportations.

Ventes et locations Comprend les revenus des ventes de droits de coupe et les revenus provenant de la vente de cartes et de banques de données et la location d'équipements.

Autres frais Comprend les revenus perçus de primes aux enchères, pénalités et frais imposés aux opérateurs qui ne respectent pas les règlements concernant les politiques de récoltes, et les frais d'intérêt pour les paiements en retard. S'ajoute également tout autre revenu perçu par l'organisme responsable du secteur forestier.

RESPONSABILITÉS DES DÉTENTEURS DE TENURES FORESTIÈRES

Les responsabilités opérationnelles en gestion forestière, assumées par la Couronne et l'industrie forestière (détentrices de tenures forestières), varient selon les genres de tenures. Les responsabilités opérationnelles considérées sont le reboisement, la protection et la construction de voies d'accès. L'exploitation d'une usine de transformation peut être obligatoire.

SECTEUR FORESTIER

Classification des industries D'après la classification type des industries (2002) de Statistique Canada, le secteur forestier canadien est structuré de la façon suivante:

Services forestiers Reboisement, protection des forêts et pépinières forestières.

Exploitation forestière Entreprises qui récoltent les billes et le bois à pâte et les livrent aux usines.

Industries du bois Scieries et usines de rabotage, usines de bardeaux, usines de placages et de contreplaqués, les portes, fenêtres et autres bois travaillés, les boîtes et palettes en bois, les cercueils et les autres industries du bois.
Industries du papier et activités connexes Les usines de pâtes et papiers, les bardeaux d'asphalte, les boîtes en carton et les sacs en papier et les autres produits en papier transformés.

Classification des produits Les renseignements sur le commerce sont rapportés par Statistique Canada d'après la classification internationale des marchandises aussi connue sous le nom de « Système harmonisé ». Le secteur forestier canadien est structuré de la façon suivante:

  • Produits primaires du bois Billes et billots, bois à pâte, poteaux, pieux et pilotis, bois de chauffage, bois de foyer et copeaux de bois.
  • Produits de bois manufacturés Bois d'oeuvre, bardeaux et bardeaux de fente, placages et contreplaqués, panneaux de particules et panneaux gaufrés, portes et fenêtres, armoires de cuisine, armoires de salle de bain, boîtes et palettes et cercueils.
  • Pâtes de bois et papiers Pâte de bois, papier journal et autres papiers et cartons tels que papier d'impression et d'écriture, papier mousseline et hygiénique, emballage, carton, papier transformé, papier et panneaux de construction.

TRAITEMENTS ET SALAIRES

Ils sont compilés avant les retenues au titre de l'impôt sur le revenu et les cotisations aux fins des avantages sociaux versées par l'employé(e) de même que pour la sécurité sociale. Ils comprennent la rémunération des heures normales et supplémentaires et des congés payés, ainsi que les primes et commissions accordées aux salariés réguliers, les indemnités de départ, etc. Ils ne comprennent pas les retraits effectués par les propriétaires et associés actifs d'entreprises non constituées en corporation. (Statistique Canada, Enquête des manufactures).

VALEUR DES EXPORTATIONS (nationales)

Comprend les produits cultivés, extraits ou fabriqués au Canada (y compris les produits d'origine étrangère qui ont été transformés au Canada. (Statistique Canada, Division du commerce international).

VALEUR DES LIVRAISONS (produits de propre fabrication)

Valeur nette des ventes de produits fabriqués par l'établissement déclarant, ou pour son compte, à partir de matières lui appartenant. (Statistique Canada, Enquête des manufactures).

Haut

Utilisation de produits antiparasitaires

Note : Les chiffres entre parenthèses renvoient à la source de la définition; toutefois, ces définitions peuvent être paraphrasées, mises à jour ou révisées pour des raisons de style, et ne sont pas nécessairement citées directement.

HERBICIDE

Produit antiparasitaire actif contre les plantes.

INGRÉDIENT ACTIF

Élément toxique d’une préparation antiparasitaire.

INSECTICIDE

Produit antiparasitaire actif contre les insectes.

MSMA (hydrogéno-méthylarsinate de sodium)

Herbicide homologué pour l’éclaircie précommerciale des jeunes conifères et pour la lutte contre le dendroctone du pin ponderosa (Dendroctonus ponderosae) et le dendroctone de l’épinette (D. rufipennis) dans des arbres pièges.

PESTICIDE BIOLOGIQUE

Produit antiparasitaire contenant des organismes vivants tels que des organismes microbiens (virus, bactéries), des nématodes, etc. Le Bacillus thuringiensis (B.t.) est un insecticide microbien.

PRODUIT ANTIPARASITAIRE

Produit, organisme ou substance utilisés pour réprimer les ravageurs.

TENURE/PROPRIÉTÉ

Le droit de jouissance, tout particulièrement la forme et le terme d’une propriété foncière où l’aménagement forestier incombe au propriétaire de la forêt. (1)

Terres provinciales

  • Tenure à long terme Concerne les territoires publics détenus à long terme, en vertu de dispositions comme les ententes de gestion forestière (Forest Management Agreement), les licences de propriété forestière de production (Tree Farm Licence), les contrats d'approvisionnement et d'aménagement forestier (CAAF) ou l'équivalent. (1)
  • Autres tenures Concerne une variété de types de tenure ou d'allocation de volume de bois sur des terres publiques, notamment les tenures non réglementées de la Colombie-Britannique (licence de coupe et timber berth). (1)

Terres territoriales

Concerne les terres qui relèvent de la compétence d'un territoire ou du ministère des Affaires indiennes et du Nord. (2)

Terres privées

  • Industrielles Terres appartenant à une grande société commerciale qui les exploite sur le plan forestier. (2)
  • Non industrielles Terres appartenant à des sociétés ou des particuliers qui peuvent ou non les exploiter commercialement sur le plan forestier. (2)

Terres fédérales

  • Terres autochtones Terres situées dans une réserve ou une collectivité autochtone. (2)
  • Parcs nationaux Terres publiques administrées par le gouvernement fédéral (Parcs Canada) à perpétuité, pour les loisirs, la vie sauvage, le patrimoine, etc.
  • Autres terres fédérales Autres terres publiques qui relèvent de la compétence fédérale. Comprend les terres détenues par le ministère de la Défense nationale, Ressources naturelles Canada (Service canadien des forêts), Transports Canada, la Commission de la capitale nationale et d'autres sociétés de la Couronne. (2)

VÉGÉTATION CONCURRENTE

Plantes ligneuses ou herbacées qui concurrencent les espèces recherchées pour la captation de la lumière, des éléments nutritifs et de l’eau.

Haut