Approvisionnement en bois - Contexte

L’approvisionnement en bois rond industriel à titre d’indicateur pour la récolte durable potentielle

La Base de données nationale sur les forêts (BDNF) permet de produire des rapports sur l’approvisionnement en bois et la récolte de bois rond industriel depuis la première édition de l’Abrégé de statistiques forestières canadiennes en 1991. L’approvisionnement en bois, à titre d’indicateur pour la récolte durable potentielle, désigne le volume de bois pouvant être récolté sur une période donnée (ou, dans certains territoires, la superficie des terres forestières où le bois peut être récolté). Il s’agit de la somme de 1) la possibilité annuelle de coupe estimée (PAC ou autre terme semblable) sur les terres provinciales de la Couronne, et 2) l’approvisionnement en bois estimé sur les terres fédérales, territoriales et privées.

Guidée par sa propre politique forestière, chaque province estime ses niveaux de récolte potentiels ou PAC sur leurs territoires. Le volume de bois rond industriel (ou la superficie des terres forestières) pouvant être récolté chaque année sur les terres provinciales de la Couronne est établi par des forestiers dans le but de maintenir un approvisionnement durable en bois sur de longues périodes. Dans la plupart des territoires, les PAC sont établies en tenant compte des caractéristiques uniques de chaque unité d’aménagement forestier sur le plan social, environnemental et économique.

Comme la plupart des forêts canadiennes appartiennent à l’État et sont gérées par les gouvernements (94 %), l’approvisionnement en bois provenant des terres privées est relativement petit. Les estimations de l’approvisionnement en bois des terres privées sont basées soit sur des plans de gestion durable (s’il y a lieu) ou les niveaux de récolte antérieurs. Puisque ces estimations ne sont pas normalisées et qu’elles ne sont pas calculées de la même façon que les PAC, les variations de ces estimations ne représentent pas nécessairement des changements de la durabilité de la récolte, mais plutôt les diverses méthodes de calcul des niveaux de récolte.


Récolte réelle de bois rond industriel

L’approvisionnement en bois renvoie uniquement au volume potentiel de bois (arbres récoltés) livré aux usines et transformé en bois rond industriel2. La récolte renvoie au volume réel de bois récolté. La récolte se divise en deux types : réglementée et non réglementée.

Les récoltes réglementées englobent les récoltes sur les terres provinciales de la Couronne (à l’exception des terres privées visées par un permis d’exploitation de boisé ou d’une concession de ferme forestière en Colombie-Britannique) et dans les Territoires du Nord-Ouest3. Les lois provinciales exigent que les niveaux de récolte soient déclarés afin d’assurer qu’ils ne dépassent pas les PAC, qui sont généralement établies pour des périodes de réglementation pluriannuelles allant de 5 à 10 ans selon le territoire. Les PAC ne peuvent pas être dépassées pour les périodes de réglementation, mais un écart allant jusqu’à 50 % est permis par année. Ces fluctuations correspondent souvent à une dynamique changeante dans des secteurs précis (par exemple, une infestation d’insectes dans une unité d’aménagement forestier qui nécessite un rythme de récolte plus élevé que prévu). De plus amples renseignements sont disponibles auprès des organisations provinciales de gestion des ressources.

Les récoltes non réglementées englobent les récoltes sur les terres fédérales, territoriales et privées, bien que certaines de ces terres peuvent être gérées pour produire des volumes de récolte cible. Parce que ces récoltes ne sont pas régies par les lois provinciales, les volumes sont estimés par les autorités forestières provinciales ou fédérales du territoire en question. Certains propriétaires fonciers privés et propriétaires de terrains boisés sont membres de fédérations ou d’unions privées de plus grande envergure et cherche un soutien pour la gestion de l’approvisionnement et la récolte de bois.


Rapports sur l’approvisionnement en bois et les récoltes dans la Base de données nationale sur les forêts

Bien qu’une PAC ne soit pas calculée pour l’ensemble du Canada, la BDNF permet de brosser un portrait national en compilant les données sur l’approvisionnement en bois et les récoltes réelles de bois rond industriel aux niveaux provincial, fédéral, territorial et privé.
Avant 1990, l'approvisionnement en bois des terres privées et fédérales n’était généralement pas inclus. Les données historiques sur l'approvisionnement en bois et la coupe annuelle permise avant 1990,  trouvés ci-dessous, proviennent de diverses études antérieures. Depuis 1990, le total des PAC dans toutes les provinces et les territoires a été relativement constant et comprennent des estimations de l'approvisionnement en bois des terres privées et des terres fédérales. En 2014, environ les deux tiers de cette coupe admissible ont été effectivement récoltés.

Récolte potentielle/Possibilité annuelle de coupe du Canada, 1957-1990
(Millions de mètres cubes))
Année Résineux Feuillus Total
1957a 127 55 182
1960a 155 57 211
1968a - - 240
1971a 195,8 32,6 228,4
1976a 176,9 39,6 216,5
1979a 173,8 54,2 228,0
1983a 166,7 40,4 207,1
1986a 165,6 59,0 224,6
1988a 174,7 59,0 233,0
1989a 166,0 59,0 225,0
1990b 187,7 61,9 249,6

a Les chiffres représentent la PAC estimée pour les terres « économiquement accessibles » à l'exclusion de certaines terres privées.

b La PAC nationale a été obtenue en estimant certaines données pour les terres fédérales et privées et en convertissant en volume les données de l'Ontario pour 1990-1998.

Sources : Runyon (1991) et Statistiques Canada.

Les tableaux 2.1.1.1 fournissent aux utilisateurs de la Base de données nationale sur les forêts (BDNF) de l’information détaillée actuelle et historique sur les estimations de l’approvisionnement en bois par groupe d’espèces sur des terres publiques, privées et fédérales. 

Pour réduire le nombre de tableaux, la BDNF a intégré l’information contenue dans le tableau 2.2 (récoltes annuelles et possibilités annuelles de coupe [PAC] actuelles) aux profils provinciaux trouvés ici. Il est important de souligner que, étant donné que le contrôle des récoltes se fait sur une base périodique plutôt qu’annuelle (ce qui varie d’un territoire à l’autre), des écarts annuels allant jusqu’à 50 % sont permis pourvu que les récoltes ne dépassent pas la PAC établie pour la période de réglementation. Il est donc possible que les territoires déclarent à l’occasion des récoltes supérieures à la PAC réelle dans une année donnée. La BDNF rendait compte auparavant des PAC périodiques (ancien tableau 2.3), mais, comme les périodes de réglementation ne sont pas uniformes d’un territoire à l’autre, tant sur le plan de la durée de la période que des années de début et de fin de la période, l’utilité de cet indicateur et des statistiques connexes était trop limitée, les données ne servant vraiment qu’à démontrer que les récoltes au Canada ne dépassaient pas les PAC pour les périodes de réglementation. Au lieu du tableau 2.3, nous vous invitons donc à examiner ce graphique du BDNF.

Le tableau 2.4 intitulé « Projections de l’approvisionnement en bois, par juridiction » est abandonné.  Vu que les méthodes de prévision de l’approvisionnement en bois varient d’une province/d’un territoire à l’autre, la BDNF n’est pas en mesure de publier des données nationales. Pour de plus amples renseignements sur la façon dont les provinces et les territoires établissent leurs projections de l’approvisionnement en bois, nous encourageons les utilisateurs à diriger leurs questions à l’organisme provincial ou territorial concerné.


1 Au Québec, la PAC s’appelle la « garantie d’approvisionnement ».

2 Le bois récolté pour l'énergie industrielle ou domestique est exclu de cet indicateur particulier, mais sont déclarés dans la section des produits forestiers du site Web de la BDNF.

3 Les Territoires du Nord-Ouest ont mis en place la récolte réglementée dans deux secteurs, que l’on appelle le niveau de récolte durable annuelle.